Je suis une maman de 3 gnomes nés en mars 2009 (1 gars : Choupi), juillet 2010 (1 fille : Poupette) et juin 2012 (1 gars : Titange).
J'ai créé ce blog afin de faire partager mon expérience de maman-poule serial shoppeuse.

Vous y trouverez beaucoup de tests de produits, des concours, des débats et des sujets d'actualité, des idées de sorties, et bien sûr du blabla, car avec le Mâle et mes 3 petits gnomes, j'en ai des choses à raconter !

N'hésitez pas à laisser un petit - voire un grand- commentaire pour me raconter votre ressenti, pour me parler de votre quotidien, partager vos expériences : faites comme chez vous !

dimanche 6 mars 2011

Avoir un enfant prend plus que 5 minutes

- "Bonjour, je voudrais 1 enfant s'il vous plaît, c'est pour emporter."
- "Pas de problème Madame, ce sera prêt dans 5 minutes."

Ce dialogue te paraît surréaliste, absurde, horrible ? C'est normal. Il n'existe pas de baby-drive.

"5kg de bébé, ça fera 42 euros Madame"

Tu veux un enfant ? Alors tu vas devoir donner un sacré coup de collier pendant près d'un an.

Lorsqu'on songe à fonder une famille, lorsqu'on a hâte d'être enceinte pour la première fois, on est toute naïve. On s'imagine que la grossesse, ce n'est que du bonheur. En fait, on est loin de s'imaginer tout ce qui va suivre. La candeur des premiers temps disparaît bien vite...

D'abord, la conception. Nous ne sommes pas toutes à égalité devant le dieu de la fertilité. Tu pourras ainsi avoir droit à des piqûres de stimulation hormonale, des FIV et autres procédures des moins agréables.

Tu as réussi à tomber enceinte ? Félicitations, maintenant tu vas rentrer dans le monde merveilleux de la psychose et des examens médicaux à outrance.

Premier trimestre :
- peur de la grossesse extra-utérine
- peur de la fausse couche
- peur de la toxoplasmose
- peur du cytomégalovirus...

1ère échographie : le gynéco insiste bien sur le fait que cet examen n'a pas été prescrit pour que tu fasses coucou à Fitty le foetus mais pour s'assurer qu'il est bien accroché là où il devrait être, qu'il se nourrit bien, et qu'il n'est pas trisomique. D'ailleurs, tu peux faire une prise de sang pour t'en assurer. Et si tu n'as pas de bol, tu peux même avoir droit à une amniocentèse.

Deuxième trimestre :
- peur des vergetures
- peur de l'intoxication alimentaire
- peur de la fausse couche tardive
- peur de la menace d'accouchement prématuré
- peur du retard de croissance in utero...

Test du diabète gestationnel.

2ème échographie : le gynéco y passe du temps. Il examine Fitty sous toutes ses coutures afin de vérifier qu'il grandit bien, qu'il n'a pas de malformation ni de problème cardiaque ou cérébral. Le point positif, c'est que tu peux connaître le sexe si tu le souhaites, et tu repars avec de jolies photos 3D pour mettre sur ton Fesse-Bouc.

Troisième trimestre :
- peur de l'accouchement prématuré
- peur que le bébé ne se mette pas la tête en bas
- peur de la césarienne
- peur de la mort in utero...

Consultation d'anesthésie.
Dépistage streptocoque B.

3ème échographie : le gynéco regarde si ton bébé a une bonne croissance, et te donne une estimation du poids de naissance afin que tu te prépares psychologiquement en cas de gros gigot.
Tu ne peux pas t'empêcher de regarder sur les forums histoire de comparer les mensurations de ton bébé avec celles des autres. Sans le savoir, tu es en train de devenir une mère exigeante (voir l'article).

Quelques jours avant la DPA :
- peur de ne jamais accoucher
- peur que le ventre explose
- peur que le bébé déchire tout sur son passage
- peur du déclenchement...

Autant tu étais contente d'avoir un joli ventre rond au début du troisième trimestre, autant maintenant, tu en as ras-le-bol. Ras-l'utérus plutôt (employons les mots adéquats). Ton bébé, tu n'as qu'un rêve : l'expulser.

Tu vas sortir oui !!!

Tu as tout préparé pour sa venue : la chambre est montée, tu as fait les poussières, nettoyé les vitres, lavé le parquet, plié et rangé la layette, acheté une vingtaine de doudous et peluches. Ta valise attend impatiemment dans l'entrée... Tu en as marre que tes proches te demandent si ça y est, tu es enfin à la maternité. Tu rêves d'action. Et bien rassure-toi, tu vas en avoir.

L'accouchement et l'après-délivrance :
J'ai eu la chance d'avoir deux accouchements merveilleux, mais je peux quand même te dire qu'il se passe des choses pas glop entre tes cuisses. Je te laisse imaginer (ou revivre ça).

Ensuite, il y a les soins. Il y a les sages-femmes qui scrutent quotidiennement ton intimité. Il y a la douleur si tu as eu une épisio ou une césa... Il faut gérer la fatigue (surtout si tu as eu un accouchement long), mettre en place l'allaitement, encaisser les nuits blanches ou hachées... Un conseil : limite au maximum les visites à la maternité si tu veux "survivre".

Et bien sûr après il faut réussir à concilier sa vie de maman avec sa vie de femme et d'épouse.

Malgré tout cela, on en redemande. Pour preuve, le taux de natalité record en France, avec 2,1 enfants par femme.

Plus on est de fous, plus on rit

Alors c'est vrai que certaines femmes ont la chance de ne connaître absolument aucun souci, de la conception à l'accouchement. Celles-là n'ont pas forcément de mérite à en redemander.

Mais il y en a d'autres qui en chient (plus ou moins hein). Il y a même des mamans qui frôlent la mort pour donner la vie (je pense à l'éclampsie). Et là on pourrait se dire : mais il faut être cinglée pour vouloir d'autres gnomes après avoir vécu un tel parcours du combattant !

Et bien non, le désir de maternité est plus fort que tout. Et le bonheur d'être maman et d'admirer son joli poupon efface tout le reste.

Car malgré tous les petits ou gros désagréments de la grossesse, porter la vie reste magique. C'est un don. Un don unique qui nous est offert à nous, les Femmes. Et rien qu'à nous.

13 commentaires:

  1. bon, j'espère que peu de nullipares liront ce billet :)

    RépondreSupprimer
  2. Oui, c'est ça! moi j'ai bien eu toutes ces peurs....J'espère que si on a un bb2, je serai plus zen!

    RépondreSupprimer
  3. Tres joli article oui c'est un don de donner la vie !! Mais pour sortir ce don aîe je dis !!!

    RépondreSupprimer
  4. @ Sabine : j'y ai pensé figure-toi ! J'espère que je ne vais pas effrayer les nulli !!!

    @ marievdk : pour bb2 on est un peu plus zen en général car :
    1) on a pu le faire une fois alors y'a pas de raison qu'on n'y arrive pas une deuxième fois !
    2) on est en terrain connu : on sait ce qu'est une contraction de travail, on connait les grandes étapes de la grossesse et de l'accouchement...
    Mais il y a quand même des craintes qui persistent !

    @ Blabla-et-cie : merci ! Tu as bien résumé mon article :-)

    @ Mistinguett : oh que oui !

    RépondreSupprimer
  5. Maryvonne Liegaut6 mars 2011 à 20:39

    C'est la réalité même que tu as décrite. Oui on a toutes eu ces inquiétudes, c'est pas toujours drôle....Vrai aussi que pour le deuxième ça va mieux. Encore plus vrai que de donner la vie est ce qu'il y a de plus beau !!!!
    J'ai tout revécu avec la grossesse de ma grande naine. Et j'avais encore plus d'angoisses pour elle que j'en avais eu pour moi. Mais ça vaut le coup, sans hésitation. Merci Christelle pour ce bel artikeul <3

    RépondreSupprimer
  6. très bien dit christelle !!! une précision pour ma part, c'est que même au bout de quatre enfants donc quatre grossesses ces appréhensions ne disparaissent pas. Peut-être expliquées par le fait que mon deuz avait un rciu, j'ai eu le droit à l'amnio, puis radio du foetus (tout ça pour "rien" car bébé était finalement parfait mais mieux vaut prévenir ....).
    En fait je me demande si tout ça n'est pas un passage obligé pour se rendre compte de la réalité des choses, c'est à dire qu'avec un enfant, même si c'est en majeure partie du Bonheur avec un grand B, tout n'est pas toujours tout beau tout rose, même in utéro !

    RépondreSupprimer
  7. tout étalé comme ça ça fait peur, mais oui c'est magique !

    RépondreSupprimer
  8. @ Maryvonne : merci pour ton commentaire ! A posteriori, on oublie les angoisses de la grossesse, mais lorsqu'on est en plein dedans, c'est très dur à vivre. En plus on est dans un état hormonal qui favorise les crises de larmes, la parano et les angoisses.

    C'est un tel bonheur de porter la vie, mais en même temps c'est une telle responsabilité !

    @ Gaëlle : je veux bien te croire, dès qu'on nous annonce un risque pour le bébé, on se met dans tous nos états, et on n'arrive plus à se sentir zen !

    J'aime beaucoup ta conclusion ! En effet, devenir mère, c'est aussi devenir inquiète à vie ;-)

    RépondreSupprimer
  9. @ Luchy Sophie : oui heureusement, on ne vit pas toutes les complications qui existent, et on ne retient que le meilleur après coup !

    RépondreSupprimer
  10. C'est très vrai ce que tu dis :) je n'ai pas aimé être enceinte (des nausées jusqu'à l'accouchement, une déprime de 9 mois dues aux hormones...) mais j'ai eu la chance que tout se passe bien, y compris l'accouchement que j'adorerais revivre.
    C'est vrai qu'il y a plein de choses pas marrantes à supporter (tu en as fait la liste) mais ce n'est rien à côté du bonheur d'être maman. C'est tellement bateau ce que je dis... Mais je pense que tu comprendras !
    Pour ma part je pense déjà au 2ème, pas pour tout de suite mais je ne peux plus concevoir de ne vivre cette aventure qu'une seule fois, alors qu'au départ je n'étais pas attirée par les enfants et surtout pas pressée d'en avoir !

    RépondreSupprimer
  11. oh oui moi j'en ai eu beaucoup des angoisses!!!

    RépondreSupprimer
  12. @ annouchka : non ce n'est pas bateau, c'est tout à fait ça et je comprends parfaitement ton désir d'une nouvelle maternité :-)

    @ ANAIS : on nous parle de tellement de choses anxiogènes... Heureusement, dans la plupart des cas, tout se passe bien !

    RépondreSupprimer