Je suis une maman de 3 gnomes nés en mars 2009 (1 gars : Choupi), juillet 2010 (1 fille : Poupette) et juin 2012 (1 gars : Titange).
J'ai créé ce blog afin de faire partager mon expérience de maman-poule serial shoppeuse.

Vous y trouverez beaucoup de tests de produits, des concours, des débats et des sujets d'actualité, des idées de sorties, et bien sûr du blabla, car avec le Mâle et mes 3 petits gnomes, j'en ai des choses à raconter !

N'hésitez pas à laisser un petit - voire un grand- commentaire pour me raconter votre ressenti, pour me parler de votre quotidien, partager vos expériences : faites comme chez vous !

jeudi 18 août 2011

La malchance, c'est comme la foudre ?

Je ne sais pas si c'est propre à notre pays, mais j'ai remarqué que lorsque quelqu'un réussit dans les affaires et a de l'argent, il est souvent vu comme un sale voleur qui ne l'a pas mérité. Quelqu'un qui en France monte sa boîte et vit le "rêve américain" sera au mieux considéré comme un chanceux, au pire comme un connard, alors qu'aux Etats-Unis, ce sera au contraire un mec qui a des couilles (si tu me passes l'expression), un mec qui s'est battu pour obtenir ce résultat, un mec qui mérite le respect et qu'on a envie de prendre en exemple, comme Steve Jobs par exemple.

C'est comme dire que tout va bien dans sa vie : c'est devenu une sorte de provocation vis-à-vis d'autrui qui pourra aller jusqu'à prendre ça pour de l'arrogance. Tu n'as pas remarqué ? Si tu dis "chouette j'ai gagné 50000€ à la loterie", ton interlocuteur va te répondre "oh mais c'est super, bravo !" mais intérieurement, il sera surtout envieux.

Si tu dis que tu es comblée avec ton mari et tes enfants, on te conseillera de te méfier car "ça ne durera pas" (la rabat-joie de service), ou on te traitera intérieurement de menteuse, ou encore on te dira "c'est génial, je suis ravie pour toi !" sans en penser un seul mot (l'hypocrite de service). Et cerise sur le gâteau, tu auras suscité de l'animosité à ton égard.

N'oublie jamais que l'habit ne fait pas le moine

Je crois pouvoir expliquer ce phénomène en affirmant que l'Homme est un être assez superstitieux. Superstitieux au point de croire qu'il y a une sorte de quota de chance dans le monde, et que plus de gens seront heureux autour de lui et moins de chances il aura de l'être également.

C'est un peu comme si je t'annonçais qu'une personne sur 5 a un cancer dans sa vie, et que tu connaissais justement plusieurs cancéreux, et que du coup, tu te croirais immunisé, alors que -soyons réaliste- c'est complètement stupide puisqu'il ne s'agit que d'une statistique.

Quand ton collègue t'annonce qu'il s'est fait défoncer sa bagnole, il se plaint, tu le plains, et vous vous sentez mieux tous les deux, et je dirais même surtout toi. Comme si le fait que ça lui soit arrivé va t'épargner ce genre de mésaventure. Dans le même ordre d'idée, on dit que la foudre ne frappe jamais deux fois au même endroit, ce qui est totalement inepte (heureusement qu'il y a un paratonnerre en haut de la Tour Eiffel par exemple). Mais c'est dur de lutter contre les idées reçues...

Il y a aussi les purs charognards qui se nourrissent -et se réjouissent- des mésaventures d'autrui, d'où la célèbre expression "rire du malheur des autres". Henry de Montherlant affirmait même dans ses Carnets que "le malheur ne peut se consoler qu'avec le malheur des autres".

Il n'a pas tort vu le succès du site Vie De Merde par exemple. C'est clair que ça détend et ça fait même bien rire de lire les ennuis des autres, surtout qu'on ne les connait pas. Donc à la limite, il ne peut pas vraiment y avoir de l'empathie, et de toute façon ce site est délibérément tourné vers les petits tracas de la vie quotidienne et non les avis de décès.

Un site qui permet de dédramatiser les soucis du quotidien

On peut aussi considérer que pour aller mieux, on a besoin d'avoir des amis qui ont moins de chance ou de biens que soi, et/ou qui sont davantage dans la merde. C'est probablement réconfortant. Mais d'un point de vue humaniste, c'est à vomir. Seulement nous sommes dans une société individualiste où c'est chacun pour sa gueule. Et moi la première, je me rends compte que je délaisse parfois des amies parce que je suis bien occupée et tranquille dans mon paisible cocon familial.

Fais attention par ailleurs à ne pas trop te lamenter sur ton sort car tu risquerais de lasser ton entourage. Les gens aiment ceux à qui il arrive de temps en temps des petites emmerdes et de préférence tournées de façon humoristique du genre "j'ai une rage de dents terrible, faut me trouver un remplaçant pour tourner dans le remake des Dents de la Mer", mais si ça devient récurrent ou que ce sont de vrais drames (donc pas drôles), alors là tu fais fuir tes congénères (et dans "congénères", il y a con) et tu te retrouves le plus souvent seule. C'est un peu comme si tu avais la lèpre, ton entourage craindra que ta malchance ne soit contagieuse et ils ne sauront plus quoi te dire de toute façon.

Au final, tu dois essayer de paraître ni trop heureuse, ni trop malheureuse. Il faut quasiment se mettre en scène en alternant des news positives comme "j'ai eu mon diplôme !" avec des infos négatives que tu prendras soin de tourner en auto-dérision, du genre "le gnome a raté le pot pour son premier pissou, devine qui va nettoyer" et tu auras sûrement plein d'amis qui vont te "liker". De vrais amis, je l'ignore, mais des "amis". 

13 commentaires:

  1. très belle prose ! mes récits de malchance racontés de manière humoristique ça fait toujours sensation ! ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Tu as parfaitement bien résumé ma pensée, et je ne sais pas si on doit en rire ou en pleurer. Bravo pour ton article et merci de dire tout haut ce que beaucoup pensent tout bas.

    RépondreSupprimer
  3. Maryvonne Liegaut19 août 2011 à 00:38

    Très juste Chrstelle. Le gros problème, c' est ni plus ni moins que la jalousie. Personne n' a une vie parfaite. Il y a des hauts et des bas. Si les gens apprenaient à vivre le moment présent sans s' occuper de ce que leur voisin a soi-disant de mieux ou de moins bien qu' eux, tout serait beaucoup plus simple. On peut aussi se réjouir sincèrement pour les autres ou les écouter lorsque ça ne va pas, sans faire de comparaisons immédiates avec sa propre situation. Ça s' appelle l' empathie et ce n' est pas donné à tout le monde, malheureusement !

    RépondreSupprimer
  4. Tout à fait, je suis entièrement d'accord avec tes propos. Tu sais chez moi nous sommes très superstitieux (c'est lié à nos origines) et quand tout va bien et que quelqu'un nous pose la question on mettra toujours un bémol, "ça va mais bon...", "ça peux aller" pour ne pas attirer jalousies et convoitises. Je sais que c'est débile mais je garde ces croyances de grand-mère c'est ancrée!!!
    Par contre le malheur des autres ne me rassure pas du tout, il me rends malade et triste. Je préfère voir les gens heureux que dans la peine. J'ai du mal à comprendre ces vautours qui ne sont heureux que du malheur des autres, elle doit être bien morne et triste leur vie d'envieux!

    RépondreSupprimer
  5. Mais comment on fait quand il nous arrive que de belle chose? (et idem pour se qui n'ont que du malheur lol)

    pour ma part le bonheur/malheur des autres même à long therme ne me derange pas.

    RépondreSupprimer
  6. voilà qui explique bien le succès de mon blog !

    RépondreSupprimer
  7. Tu as très bien transcrit ce qu'il m'est arrivé de vivre, les charognards, les envieux, les gens qui veulent que tu les fasses rire et pleurer en alternance, au final on en perd son latin. Bravo pour ta Une sur HC !

    RépondreSupprimer
  8. J'avoue, les gens qui passent leur temps à se lamenter à longueur de temps, ça me fait fuir

    Et comme @lili la vipère j'évite de trop m'étaler ou de me réjouir. Trop peur du mauvais oeil.

    RépondreSupprimer
  9. Je vais suivre ton conseil !! Bises et bon WE.

    RépondreSupprimer
  10. @ Lucky Sophie : merci, et oui moi aussi j'ai remarqué que les gens attendent surtout de se marrer en lisant nos petits tracas, les bêtises des gnomes...

    @ Anonyme : ben merci !

    @ Maryvonne : moi je crois que c'est surtout l'envie et non la jalousie le problème ! Et tu as tout à fait raison de dire que l'empathie est une qualité rare de nos jours...

    @ lili la vipère : je comprends tout à fait, et c'est ce qu'il faut faire, toujours atténuer, mettre un bémol lorsqu'on a une super nouvelle. Quel dommage !

    @ lily : tu es un être rare ! Et lorsqu'on vit de belles choses, j'ai l'impression qu'il faut en parler mais à toute petite dose, pour ne pas susciter l'envie. C'est un exercice difficile car bien évidemment on a envie de partager ses joies autant voire + que ses malheurs...

    RépondreSupprimer
  11. @ DarkGally : loool

    @ Valérie : j'ai été super contente aussi de cette Une, et merci pour ton message.

    @ MissBrownie : oui je te comprends !

    @ Glycine blanche : ce n'est que mon avis hein ! Merci et bon week-end aussi.

    RépondreSupprimer
  12. Je pense qu'on est devenu très sceptiques aussi et très méfiants et négatifs, vu que les fraudes, le mensonge, l'envie, la jalousie... etc. sont devenus monnaie courante. On ne croit plus au bonheur, et on est constamment à la recherche du piège dans tout ce qu'on entend et tout ce qu'on voit !

    RépondreSupprimer
  13. @ brulanteetbrillante : oui c'est vrai ! Merci pour ton commentaire et bon dimanche !

    RépondreSupprimer