Je suis une maman de 3 gnomes nés en mars 2009 (1 gars : Choupi), juillet 2010 (1 fille : Poupette) et juin 2012 (1 gars : Titange).
J'ai créé ce blog afin de faire partager mon expérience de maman-poule serial shoppeuse.

Vous y trouverez beaucoup de tests de produits, des concours, des débats et des sujets d'actualité, des idées de sorties, et bien sûr du blabla, car avec le Mâle et mes 3 petits gnomes, j'en ai des choses à raconter !

N'hésitez pas à laisser un petit - voire un grand- commentaire pour me raconter votre ressenti, pour me parler de votre quotidien, partager vos expériences : faites comme chez vous !

mercredi 19 décembre 2012

Une matinée ordinaire

6h38 : Titange commence à se réveiller. Il se tourne et se retourne dans son lit, puis commence à geindre. Bref, il a les crocs. Je me lève bien difficilement et erre dans le couloir jusqu'à la cuisine, puis je lance un bib pour que l'eau ait le temps de chauffer pendant que je lui change la couche. La thermosonde émet des bip bip bip stridents dès que l'eau atteint les 36°C, c'est bien pratique. Je repose bébé dans son lit le temps de finir de préparer le biberon, un peu en mode zombie. Je compte les cuillères à haute voix histoire de ne pas me planter. Puis je fais rouler le biberon entre mes mains, je le secoue de bas en haut et de haut en bas pendant 10 secondes, puis je l'agite comme si j'étais à un concours de maracas. Un bavoir autour du cou de bébé et hop, c'est parti, il se rue dessus et engloutit son lait. Rototo, babillage, sourire, du genre "merci maman c'était top" et hop, coup de barre, il se rendort au bout de quelques minutes. Ouf. Moi aussi, même si ce n'est pas pour très longtemps...

7h40 : le réveil n'a pas omis de faire le sale boulot. Il sonne fort le bougre (il faut bien ça, sinon je suis capable de continuer à roupiller). Après avoir désactivé l'alarme, j'allume l'halogène en le réglant à la puissance minimale (bénis soient les variateurs de lumière). Brève séance d'étirements dans le lit tout en baillant et en gémissant (quoi, ça ne t'arrive jamais ?). Je profite encore un peu de la douce chaleur du lit. Je caresse les chats qui viennent me dire bonjour. Je regarde à nouveau l'heure sur mon téléphone. Pfff...

7h50 : cette fois, plus moyen de traînasser, il faut se lever. Je déplace Dandy (le chat) pour pouvoir sortir du lit (à regret) et je fonce dans la chambre de Choupi, en lui lançant un tonitruant "bonjour Choupi ! Il est l'heure de se lever, il y a école aujourd'hui !" Je ne sais pas comment je fais pour paraître aussi guillerette alors que je ne rêve que d'une chose : retourner me coucher. Mais avec un ton aussi enjoué (comme si on partait passer la journée au parc d'attractions), je me dis que sur un malentendu, ça peut lui donner de l'énergie. J'ouvre les volets histoire de bien lui faire comprendre qu'il est temps de s'agiter.

Bon, raté, Choupi tient de sa maman et enfouit sa tête sous la couette en me disant "dodo Maman". Mouais, j'aimerais bien mon petit, mais je suis investie d'une mission sacrée, t'emmener à l'école. Alors j'insiste, plus folâtre que jamais : "Alexandre, il va falloir se lever, sinon on va être en retard à l'école ! Et puis tu vas bien t'amuser ce matin, tu vas retrouver tous tes copains !" Dormir, c'est pour les losers quoi, à la fin !

L'intéressé se contente de me demander de refermer les volets, en m'assurant qu'il ira à l'école le lendemain : "non, demain école, maintenant je fais dodo !". Hum, bon. Je lui réponds : "tu m'as l'air bien réveillé pour quelqu'un qui dit faire dodo. Ok, tu peux encore rester un peu au lit, le temps d'émerger tout doucement, mais je vais revenir, je te préviens !" Et là je lui lance le regard du grand requin blanc dans Les Dents de la Mer (quoi, tu ne savais pas qu'on pouvait avoir un regard de squale ?).

7h54 : je fonce à la salle de bain, débarbouillage, lavage de dents, maquillage léger (une couche d'anti-cernes et un peu de mascara quoi), puis j'enfile mes fringues préparées la veille pour aller plus vite. Je file en cuisine préparer un bib de lait pour Choupi.

8h06 : retour dans la chambre du bel au bois dormant. J'ai ses fringues sous le bras (préparées elles aussi la veille), ainsi que le bib de lait que je lui tends (ça le détend). Il avale ça à la vitesse de la lumière, le balance par terre (sympa), et daigne s'habiller, non sans donner son avis sur la tenue que j'ai choisie (j'ai souvent l'impression d'être sa styliste personnelle lorsque je dois lui présenter plusieurs tenues pour qu'il choisisse THE tenue du jour).

Je l'aide pour les chaussettes ("oh c'est dur à enfiler les chaussettes"), puis vient le moment de choisir les doudous qui vont l'accompagner à l'école. Il y a plein de possibilités, plein de combinaisons possibles entre Pinou, Pinette, Raton, Lampe (une petite lampe torche), Poisson (une sorte de poisson en plastique vert qui se gonfle), Eponge (une éponge offerte par sa Mamy, donc c'est précieux)... Parfois il n'en prend aucun, parfois 3, parfois 5, et parfois il me demande de tous les fourrer dans son mini sac à dos alors je te raconte pas comment je m'éclate.

8h15 : il est l'heure de foncer à l'école. Là c'est la version courte, car lorsque le Mâle part tôt au boulot, il faut en plus que je prenne la Poupette et le Titange avec moi, ce qui me rajoute 20 bonnes minutes de préparation. Il y a aussi Titange qui parfois veut nous foutre en retard en se réveillant vers 7h50 pour son bib, la PIRE heure possible. Je t'épargne les détails, c'est limite si je ne suis pas obligée d'enfiler mon manteau sur ma magnifique chemise de nuit.

Bref, enfilage de chaussures du Choupi, enfilage du manteau (il le jette par terre, met ses bras dedans, fait passer le tout par dessus sa tête avec une élégance folle), je l'aide à enfiler son sac à dos, et ça y est, on sort enfin de l'appartement.

8h20 : erreur fatale, j'ai appuyé sur le bouton pour appeler l'ascenseur. Choupi hurle : "non c'est moi qui appuie sur le bouton, c'est moi qui appuie sur le bouton". J'essaie de lui faire relativiser les choses, mais une larme s'écrase sur sa joue. Et merde, il y a casus belli. La petite lumière orange clignote, Choupi n'est pas un con dupe alors inutile d'essayer de lui faire croire qu'il est encore temps qu'il appelle lui-même l'ascenseur. Donc nous traversons le palier et nous nous dirigeons vers l'autre ascenseur. Il se fait prier pour appuyer sur le bouton (grrr), l'ascenseur arrive, et on descend, enfin. On sort dans le parc qu'on doit traverser pour aller à la maternelle...

Plus viiiiite Choupi ! Y'a un vélociraptor qui te cherche !

8h24 : j'hurle toutes les 20 secondes "allez, on se dépêche Choupi !" car le gnome a décidé d'admirer les tas de feuilles sur le bas-côté, les lampadaires qui sont encore allumés ("oh, il y a de la lumière Maman, c'est encore la nuit ?"), un lampadaire qui n'est pas allumé ("oh, regarde Maman, y'a la lumière qui est câââssée, elle est cassée la lumière, il faut la réparer"), un vieux gant oublié sur le chemin ("c'est quoi ça, c'est à qui ça ?"), une jolie branche sur le trottoir ("on l'emmène à la maison ?"), un cycliste qui passe ("oh, un vélo, bah, il va vite le vélo !"). Oui, oui, mon chéri, tout cela est fantastique, tes remarques sont très pertinentes, mais je propose qu'on en débatte ce midi, au retour de l'école ! 

8h28 : bon sang, on y est presque, on va y arriver, on va être à l'heure. De justesse, mais on va être à l'heure. Sauf qu'en arrivant devant la classe, juste après avoir accroché son manteau et son sac à dos à son porte-manteau et après avoir déposé consciencieusement ses doudous dans le fameux panier à doudous (un tas de peluches plus ou moins élimées, avec aussi des bouts de tissus et des tototes), le gnome a une furieuse envie d'aller aux toilettes, rapport au giant bib qu'il s'est enfilé 20 minutes auparavant. Je l'accompagne, il fait son affaire. Tirage de chasse, lavage de main, retour en classe.

8h33 : bonjour à la maîtresse, bonjour à l'ATSEM. Un bisou, "à tout à l'heure mon chéri, amuse-toi bien !". Ouf, ça y est, largage du gnome terminé. Retour à la maison.

11 commentaires:

  1. On a le même gamin ou quoi ? Pfff, dur, dur, d'être maman moi jdis !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dur mais rafraîchissant. Grâce à eux, on ne s'ennuie jamais !

      Supprimer
  2. Arf pas simple d'être maman, mais tellement désopilant ton récit ! Le mien me fait des crises pour ouvrir et fermer les portes, c'est sa lubie du moment ! PS : moi aussi je m'étire en grognant le matin

    RépondreSupprimer
  3. HA HA HA désopilant !

    RépondreSupprimer
  4. J'ai adoré, on aurait dit chez moi, sauf que c'est Mr qui gère, du moins après le "réveillage" et le p'tit-déj. qui sont à ma charge !!!
    C'est donc chez tout le monde pareil, le matin !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle galère les gnomes mais qu'est-ce qu'on se marre avec du recul (je dis bien, avec du recul) !

      Supprimer
  5. Il faudrait que j'essaye le coup du regard de squale mdr

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Prends-toi en photo avec ton smartphone à ce moment-là, tu verras, tu te feras peur ;-)

      Supprimer
  6. La version du mâle :
    7h40 : le réveil sonne.
    8h18 : je me lève.
    8h19 : indispensable pipi - le meilleur moment de la journée.
    8h20 : je suis habillé (avec un peu de chance des fringues différentes de la veille).
    8h21 : je débarque dans la chambre du grand, j'allume grande la lumière : "Choupi on se lève MAINTENANT !" - "mais papa do..." - "MAAAINTENANT !!!"
    8h22 : je l'habille entièrement sans qu'il sorte de la couette (même les chaussures !).
    8h23 : on prend tous les doudous à portée de main et on les fourre dans le sac.
    8h24 : on appelle l'ascenceur pendant que je finis de l'habiller sur le palier - "Papa, biberon ?" - "pas le temps."
    8h28 : l'ascenceur arrive (il prend du temps à cause de toutes ces mamans qui reviennent de l'école).
    8h29 : "COUUURS PAPA ! COUUUUURS !"
    8h30 : Je le dépose. "papa, tu viens me chercher ce midi ?" - "han han pff pff... quoââ ? han han... pff..."
    8h31 : après avoir fait rouvrir la porte de l'école à une maîtresse, je pars tel un seigneur au travail, pissant la sueur, à moitié habillé, ayant oublié une partie de mes affaires. J'esquisse un sourire à la vue d'un autre papa qui arrive en courant, les joues rouges, son marmot dans les bras...

    RépondreSupprimer