Je suis une maman de 3 gnomes nés en mars 2009 (1 gars : Choupi), juillet 2010 (1 fille : Poupette) et juin 2012 (1 gars : Titange).
J'ai créé ce blog afin de faire partager mon expérience de maman-poule serial shoppeuse.

Vous y trouverez beaucoup de tests de produits, des concours, des débats et des sujets d'actualité, des idées de sorties, et bien sûr du blabla, car avec le Mâle et mes 3 petits gnomes, j'en ai des choses à raconter !

N'hésitez pas à laisser un petit - voire un grand- commentaire pour me raconter votre ressenti, pour me parler de votre quotidien, partager vos expériences : faites comme chez vous !

lundi 8 juillet 2013

LE livre pour mieux comprendre tes gnomes

Quand je feuillette des bouquins dans le rayon naissance/éducation des enfants, je suis régulièrement déçue car la mode en ce moment, c'est de pondre un pavé de 500 pages qui t'explique pendant 499 pages qu'il ne faut pas frapper son enfant, ni l'oublier dans la voiture surchauffée ni le laisser vissé devant un écran 8 heures par jour, ni lui offrir 20 séances d'UV pour ses 10 ans. Le Mâle vient de me suggérer un autre truc à éviter : montrer la saga Aliens à un enfant de moins de 6 ans, ce serait cruel (moi je trouve que même à 15-16 ans c'est bien flippant quand tu vois ça pour la première fois). Mais je diverge (en un mot).

La dernière page dudit pavé donc, c'est pour t'annoncer en grande pompe la sortie prochaine du Tome II intitulé : "Comment ne pas étrangler ses gnomes même lorsqu'ils viennent de vider le contenu de ton sac à main en cuir de vachette dans la piscine pour voir ce qui flotte ou pas ?" Ne vas surtout pas les engueuler malheureuse, tu risquerais de les traumatiser et vers 15-16 ans ils démarreraient une analyse qui durerait bien 10 ans pour essayer de ne plus te détester (mais qui te ruinerait au passage).

Il faut au contraire encourager leur esprit d'initiative et l'intérêt scientifique de telles expérimentations. Pour passer tes nerfs, tu pourras toujours faire un grand feu de bois avec tous leurs DVDs de Dora l'exploratrice et de Diego (si Chipeur ne les a pas déjà chipés bien entendu). Et quand tu seras une mamie croulante, n'hésite pas à prendre exemple sur Tatie Danielle qui sait comment se faire aimer de tout le monde.

Donc, revenons-en à nos moutons, dans ce fameux rayon peuplé soit de jeunes mamans paniquées (les fameuses nullipares qui s'apprêtent à devenir primipares), soit de trentenaires hyper expérimentées à qui on ne la fait pas mais qui veulent compléter leur collection de guides parentaux en tous genres qui est du plus bel effet dans leur belle bibliothèque en merisier massif, surtout si elles invitent des presque primi pour un tea time.

J'ai eu du bol, je suis tombée sur un livre qui apporte vraiment plein d'informations et surtout une manière différente de voir les choses, de gérer les conflits ou les situations de crise (genre le gnome qui balance hors du chariot tes briques de jus de pomme Auchan tout en hurlant sous prétexte que son Altesse ne boit QUE du jus d'orange sans pulpe Tropicana).

Ce livre dont je veux te parler, il est intitulé : "Parler pour que les enfants écoutent. Ecouter pour que les enfants parlent". Il est l'oeuvre d'Adèle Faber et d'Elaine Mazlish et a été publié chez Relations plus (une maison d'édition canadienne).

Y'a même une nouvelle édition à 20.90€ chez Chapitre
 
C'est à la fois un guide bourré de conseils mais aussi de petits exercices à faire pour mieux comprendre ce que pensent nos enfants afin de désamorcer en douceur toutes les situations potentiellement conflictuelles.

J'ai vraiment adoré les nombreuses illustrations de Kimberly Ann Coe qui démontrent de façon très explicite -sous forme de petites bandes dessinées- ce qu'il faut faire et ce dont il faut s'abstenir pour ne pas envenimer les choses.



Déjà, il faut réellement se replonger dans notre "Moi enfant" et se souvenir que l'on prenait mal certaines remarques ou comparaisons. Lorsqu'on est hyper-sensible, de simples mots peuvent faire des ravages si on n'y prend pas garde. Prenons conscience que nos mots peuvent engendrer des maux. Prenons le temps de nous demander : "Si j'étais l'enfant et qu'on me disait telle ou telle chose, je me sentirais..."


Dans ce monde où tout va à 100 à l'heure, il est important de toujours conserver un minimum de temps pour dialoguer individuellement avec chacun de ses enfants, pour qu'ils puissent se libérer de leurs tensions, se sentir soutenus (en cas d'échec à un examen par exemple) et surtout écoutés. Si on ne prend pas le temps d'écouter son enfant, on risque de nier leurs sentiments et ils auront tendance à avoir une moins bonne estime de soi, à se renfermer sur eux-mêmes et a avoir le sentiment d'être isolé et/ou incompris.

Ce qui est également primordial, c'est de ne pas critiquer l'enfant en tant que tel, ne pas émettre un jugement négatif sur sa personne mais uniquement sur son comportement. Ainsi, à un gnome qui viendrait de casser un vase, on évitera de le sermonner de la sorte : "Mais c'est pas possible, tu ne peux pas faire attention, tu es vraiment un empoté, j'en ai marre de toi et de tes bêtises !" Si l'on se met deux minutes à la place du jeune gnome, on peut imaginer que cette remontrance n'est pas judicieuse et elle probablement faire beaucoup de peine au gnome (moi je chialerais lol, j'suis une fillette) et lui donner une mauvaise image de lui.


Alors qu'on aurait pu dire : "Tu vois, tu étais pressé de partir et tu as cassé le vase, ce n'est pas très grave en soi mais il faudra faire plus attention et tu vas m'aider à tout ramasser et à nettoyer par terre pour réparer ta bêtise".  Et là tout de suite, on adresse un message nettement plus bienveillant sans tomber dans l'autre extrémité (c'est dur de trouver le bon équilibre entre sévérité et laxisme, il faut avoir la fameuse main de fer dans un gant de velours !) et le gnome sera bien mieux disposé à t'écouter et à aider à réparer sa bêtise (du moins dans un monde parfait avec des Bisounours au Gouvernement).


En conclusion : J'ai adoré ce livre qui présente des façons novatrices de résoudre les problèmes que l'on rencontre dans toute relation parent-enfant. Il met en avant une approche raisonnable et respectueuse de l'enfant tout en fourmillant d'exemples concrets et de conseils judicieux. En lisant ce livre, on prend conscience de plein de choses qui nous passaient au-dessus de la tête ou que tout simplement, nous ne prenions pas le temps de considérer.

Pour résumer, grâce à cet ouvrage, les parents apprendront comment :
- s'y prendre avec les sentiments négatifs de l'enfant, ses frustrations, ses déceptions, sa colère...
- susciter le désir de coopérer ;
- mettre des limites fermes tout en maintenant un climat d'ouverture ;
- éviter le recours à la punition ;
- favoriser l'image positive de l'enfant (très important !), lui montrer qu'on croit en lui et qu'on a confiance en lui ;
- résoudre les conflits familiaux dans le calme.

Enfin, j'ajouterai que les techniques dépeintes dans cet ouvrage peuvent également s'appliquer dans d'autres types de relations et notamment dans les relations professionnelles (entre chef et employé, entre collègues, etc.). Bref un achat judicieux qu'on ne regrette pas !

10 commentaires:

  1. Tu me tentes bien avec ce bouquin qui a l'air top pour comprendre nos petits angelots !

    RépondreSupprimer
  2. Article très intéressant, j'aime le principe de l'approche respectueuse, douce et ferme, c'est vrai qu'il faut se mettre à la place de l'enfant et comme tu dis on doit critiquer un comportement, une action et non pas l'être, l'enfant en lui-même. Merci pour le bon plan, je sens que je vais très vite me procurer ce bouquin

    RépondreSupprimer
  3. C'est super ça ! J'ai moi aussi les étagères bien remplies de bouquins, et en plus j'ai découvert il y a peu les ateliers parentaux qui permettent de grapiller une myriade de conseils, et de partager son expérience avec d'autres parents.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en ai entendu parler de ces ateliers parentaux, ça a l'air d'être vraiment sympa et utile !

      Supprimer
  4. Bonjour, j'ai du mal avec des livres de ce type car je pense que chaque enfants, chaque situations est différentes et des solutions plus complètes ne peuvent être apportées, on doit faire différents a chaque fois même avec le même enfant, mais pourquoi pas.. amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui Titi, comme pour tout il faut faire la part des choses, certains conseils ne s'appliqueront pas à tel ou tel enfant, mais globalement je trouve qu'il fourmille de pistes de réflexion fort judicieuses. Amitiés !

      Supprimer
  5. Très très intéressant. J'adore la page "au lieu de punir" que tu as mise en fin darticle, c'est sûr que l'on ne pèse pas assez ses mots parfois, on peut dire des trucs un peu cruels sans se rendre forcément compte de l'impact sur l'enfant. Je vais me le commander de suite ! Merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait ! Il faut essayer de se souvenir à quel point on pouvait mal prendre certaines réflexions lorsqu'on était enfant/ado et tourner 7 fois la langue dans sa bouche avant de balancer des reproches/critiques ! C'est valable aussi avec les adultes d'ailleurs :)

      Supprimer