Je suis une maman de 3 gnomes nés en mars 2009 (1 gars : Choupi), juillet 2010 (1 fille : Poupette) et juin 2012 (1 gars : Titange).
J'ai créé ce blog afin de faire partager mon expérience de maman-poule serial shoppeuse.

Vous y trouverez beaucoup de tests de produits, des concours, des débats et des sujets d'actualité, des idées de sorties, et bien sûr du blabla, car avec le Mâle et mes 3 petits gnomes, j'en ai des choses à raconter !

N'hésitez pas à laisser un petit - voire un grand- commentaire pour me raconter votre ressenti, pour me parler de votre quotidien, partager vos expériences : faites comme chez vous !

jeudi 15 mai 2014

La grossesse après une embolie pulmonaire, ça se passe comment ? (1ère partie)

C'était vers la fin du mois de février 2011, j'avais consulté le médecin car je pensais avoir une sciatique. Je boitais terriblement de la jambe gauche et j'avais mal du haut de la cuisse jusqu'en bas du mollet. En arrivant dans le cabinet, il m'a tout de suite dit "oh vous c'est une grosse sciatique que vous avez". Il m'a fait une piqûre d'anti-inflammatoires, et oh miracle, trente minutes après je marchais normalement.

Quelques jours plus tard, j'ai remarqué que mon mollet gauche était légèrement violacé par endroits, et un peu enflé. Je suis retournée voir le médecin deux jours plus tard, je m'en souviens parfaitement, c'était un vendredi après-midi. J'ai retiré mon pantalon et là il a commencé à paniquer. Ma jambe était très enflée et il a tout de suite pensé que je faisais une phlébite (appelée aussi thrombose veineuse profonde). Il a alors passé un coup de fil à une phlébologue qui a accepté de me voir en urgence.

Le Mâle m'a conduite chez la phlébologue. Elle a fait un doppler veineux de mes jambes et j'avais effectivement de gros caillots sanguins dans toute ma jambe gauche et même au niveau du bas-ventre. Elle m'a fait une piqûre d'anti-coagulant et à un moment elle m'a posé une question : "est-ce que vous vous sentez essoufflée ?" Et là ça m'est revenu : le matin même, alors que je discutais au téléphone avec un représentant d'une marque pour un test de siège auto, j'ai eu un moment où je n'avais plus d'air, j'avais suffoqué pendant une dizaine de secondes tout en bouchant le téléphone pour ne pas que mon interlocuteur s'en rende compte. Je lui en ai parlé et elle m'a dit : "oh ma pauvre, vous avez peut-être fait une embolie pulmonaire, c'est très grave, il faut faire une scintigraphie pulmonaire le plus vite possible".

Elle a alors appelé la clinique Marie Lannelongue pour qu'on me fasse passer l'examen en urgence. Je sentais les larmes me monter aux yeux car ça faisait beaucoup d'un coup. La phlébite je veux bien, mais une embolie pulmonaire en plus, c'était de trop. Elle m'a dit -ordonné plutôt- de marcher le moins possible car à chaque pas que je faisais, je risquais de faire remonter un caillot dans les poumons, voire dans le coeur s'il était suffisamment gros. Et des caillots, j'en avais beaucoup.


Nous sommes finalement arrivés à la clinique. Le Mâle est reparti avec Choupi et Poupette et moi j'ai marché dans les couloirs pour arriver jusqu'à la scintigraphie. A chaque pas je me demandais si un caillot n'allait pas remonter jusque dans mes poumons. J'étais devenue complètement un peu parano.

On m'a fait respirer dans un masque un peu d'air radioactif puis direction la scintigraphie pulmonaire, et quinze minutes après on m'a injecté un produit également radioactif et ce fut reparti pour 15 minutes d'examen avec une drôle de machine qui me tournait autour du torse.

J'ai attendu dans la salle d'attente le résultat. Un médecin est venu me voir et m'a dit qu'il y avait effectivement une embolie pulmonaire bilatérale modérée, c'est-à-dire que mes 2 poumons étaient atteints et que j'avais perdu environ 25% de ma capacité respiratoire. Un peu chamboulée, j'ai appelé le Mâle pour lui demander de revenir me chercher.

Le lendemain matin, on a filé sur Paris pour acheter des bas de contention et l'après-midi je suis retournée voir la phlébologue pour qu'elle me fasse une autre piqûre d'anticoagulants et qu'elle me prescrive le Previscan et les analyses de sang (le Previscan fluidifie le sang et on doit contrôler que l'INR est dans la bonne fourchette). J'ai dû porter des bas de contention de classe 3 et prendre du Previscan pendant 6 mois.

Au début j'étais très essoufflée et fatiguée (en plus je faisais des crises d'angoisse car dès que je m'allongeais j'avais l'impression de suffoquer) mais au bout d'un mois ça allait mieux. J'ai eu un nouveau doppler veineux des jambes qui a révélé que les caillots étaient plus petits ce qui était bon signe.

Au bout de 6 mois, j'ai eu une autre scintigraphie pulmonaire qui a montré que j'avais récupéré presque totalement ma capacité respiratoire donc ce fut un gros soulagement ! La pneumologue m'a alors donné son feu vert pour tomber enceinte.


Deux mois plus tard, je suis tombée enceinte du premier coup de notre troisième enfant, et bien évidemment, j'ai eu droit à un traitement particulier. En effet, c'est la contraception qui a été incriminée et pendant la grossesse, on sécrète des hormones, les mêmes hormones que celles que l'on retrouve dans la pilule et les anneaux vaginaux.

Je ne suis malheureusement pas la seule à avoir eu une phlébite et une embolie pulmonaire à cause de la contraception. Il y a même eu des décès. J'ai eu de la chance d'avoir été vite prise en charge, peut-être que si j'avais attendu un jour de plus pour voir mon généraliste, je ne serais plus là pour en parler...

18 commentaires:

  1. Et bien, quelle peur tu as eue ! Ma cousine a eu deux phlébites et depuis elle met des socquettes de contention car elle est à risque élevé d'en refaire une.

    RépondreSupprimer
  2. Ca fait froid dans le dos... Ca me donne encore moins envie de reprendre un jour une contraception médicamenteuse! (Je ne les supporte pas et ça fait 10 ans que je ne prends plus la pilule ou quoi que ce soit d'hormonal...)

    On m'avait soupçonné une embolie pulmonaire quand j'étais enceinte de Mouflette, j'avais eu scintigraphie et tout le tralala. Par contre je n'avais rien, heureusement!

    En tout cas tout se fini bien dans ton histoire et c'est l'essentiel, mais quelle peur!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui tout finit bien heureusement, mais sur le coup c'était bien flippant ! Tant mieux si ce n'était pas une EP dans ton cas, surtout enceinte !

      Supprimer
  3. Bonjour, je viens de lire votre témoignage qui m'a fait beaucoup de bien. J'ai fait une phlébite pendant ma 3ème grossesse et depuis j'avoue que j'ai l'impression de vivre avec une épée de damoclés sur la tête et je fais régulièrement des crises d'angoisse, peur que cela recommence et avec 3 enfants en bas âge j'avoue que j'ai du mal à gérer tout ça. Lire votre témoignage et se dire qu'on peut avoir une vie normale ou presque apès ça m'a fait du bien. Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir,
      Oui on peut retrouver une vie normale mais on ne peut pas oublier car ce fut une grosse frayeur. J'espère de tout coeur que vous ne revivrez jamais ça !

      Supprimer
  4. Je vous le souhaite aussi! Avez vous toujours des bas de contention à mettre tous les jours même quelques années après car là j'avoue que moralement aussi c'est pesant, surtout l'été?
    En tout cas bravo pour votre blog et j'ai cru comprendre vous lisant que vous aimeriez avoir un 4ème, bravo pour votre courage moi cela aurait était mon rêve 4 enfants mais après cette phlébite mon mari et moi avons bien trop peur car la seule cause retrouvée pour moi a été la grossesse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non je n'ai porté des bas de contention que pendant 6 mois après l'embolie et pendant la grossesse + 6 semaines après l'accouchement. Mais comme je vais devoir prendre l'avion en septembre pour des trajets long courrier je demanderai à mon médecin de me prescrire des socquettes de contention.
      Ne renoncez pas à votre rêve pour une phlébite, vous aurez des bas de contention à porter et des piqûres de Lovenox à faire au quotidien mais du coup quasiment aucun risque de refaire une phlébite !

      Supprimer
  5. Bonjour,
    J ai également fait une embolie pulmonaire en 2012. Chez moi elle était gravissime car le caillot était remonte au niveau de l entrée du cœur. J ai donc fait trois jours en soins intensif cardio et une semaine en pneumologie. J ai un traitement à vie et bas de contentions également. J avais interdiction de tomber enceinte dans les 6 premiers mois après l embolie. J ai donc était très sage et j ai attendu. En même temps j étais tellement mal que je n aurais pas pu. Je suis tombée enceinte un peu plus d un an après l embolie. Avant de commencer les essais j ai arrêté les cachets d anticoagulant pour passer au piqures car les cachets peuvent donner des mal formations pour le bebe. J ai donc fait 378 piqûres dans le ventres et les cuisses pendant ma grossesse et avant de tomber enceinte :-) il faut a cela rajouter les prises de sang et pour moi pour compliquer encore un peu plus la chose du diabète de grossessee :-) donc j ai eu plus de 1200 piqûres pour cette grossesse mais on oublie tout ça n est rien par rapport au bonheur d avoir son bout de chou à la fin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bravo pour ton courage, que de piqûres mais c'était pour la bonne cause et comme tu le dis si bien, tout ça n'est rien par rapport au bonheur d'avoir son bébé !

      Supprimer
  6. Bonjour à toute. J'ai moi aussi fait une embolie pulmonaire mais après mon accouchement pour ma part alors que j'étais déjà sous anti coagulant + bas de contentions car j'ai un mutation du facteur 5 de leiden . Le caillot à traversé le coeur et les poumons il a tout saccagé sur son passage. J'avais vraiment du mal à respirer ça a duré 4 jour et 17h fin du 4 ème jour ma respiration se faisait rare j'ai appelé ma mère en catastrophe qui habite à 60km de chez moi en 15mn elle était la. Elle a appelé les secours et ma vue partir dans l'ambulance. La pauvre n'a pas pu venir elle devait s'occuper de ma fille qui n'avait que 20 jours. Je suis resté 8 jours aux soins intensifs sous oxygène et tout le basar je n'avais pas le droit de voir ma fille alors je suis sortie de force. Je ne supportais plus cette séparation. Et la le cauchemar à continué grise d'angoisse tous les jours, douleurs, pleure, j'ai du repartir vivre chez mes parents parce que je devenais folle. Ça fait maintenant 14 mois que c'est passé mais je ne m'en remet toujours pas rien quand écrivant ça je pleure comme une madeleine. Aujourd'hui j'aimerai avoir un autre bébé mais j'ai tellement peur que ça recommence ma gygy m'a dit un bébé et la mort ou pas de bébé et la vie. J'espère un traitement plus efficace pour m'aider. La médecine à tellement évolué mais non ... je pense ne pas avoir la chance d'être maman a nouveau et ça me rend encore plus malheureuse. J'ai loupé les 3 premiers mois de ma fille. Mon couplé c'est déchiré... ma vie est devenu tellement dure .... ������ désolé je me lâche un peu mais je n'en ai jamais parlé jusqu'à présent et je pense que ça pourrait me faire du bien ☺ je vous remercie pour vos témoignage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que d'épreuves ma pauvre... Tu as eu de la chance de t'en sortir car un caillot dans le cœur, c'est extrêmement grave. Et faire une EP alors que tu étais déjà sous anti coagulants + bas de contention, c'est rare à mon avis. Donc ta mutation du facteur V de Leiden t'empêche d'avoir un autre bébé ? C'est triste, je compatis, mais c'est pour ta santé. Peut-être vois un autre phlébologue pour un second avis mais ne risque pas ta vie pour un second enfant, ta fille a besoin de toi. Tu as rompu avec ton mari en plus ? Il y a de quoi faire une dépression. Tu es suivie pour tes crises d'angoisse ? Bon courage et merci pour ton témoignage.

      Supprimer
  7. Bonjour à toute. J'ai moi aussi fait une embolie pulmonaire mais après mon accouchement pour ma part alors que j'étais déjà sous anti coagulant + bas de contentions car j'ai un mutation du facteur 5 de leiden . Le caillot à traversé le coeur et les poumons il a tout saccagé sur son passage. J'avais vraiment du mal à respirer ça a duré 4 jour et 17h fin du 4 ème jour ma respiration se faisait rare j'ai appelé ma mère en catastrophe qui habite à 60km de chez moi en 15mn elle était la. Elle a appelé les secours et ma vue partir dans l'ambulance. La pauvre n'a pas pu venir elle devait s'occuper de ma fille qui n'avait que 20 jours. Je suis resté 8 jours aux soins intensifs sous oxygène et tout le basar je n'avais pas le droit de voir ma fille alors je suis sortie de force. Je ne supportais plus cette séparation. Et la le cauchemar à continué grise d'angoisse tous les jours, douleurs, pleure, j'ai du repartir vivre chez mes parents parce que je devenais folle. Ça fait maintenant 14 mois que c'est passé mais je ne m'en remet toujours pas rien quand écrivant ça je pleure comme une madeleine. Aujourd'hui j'aimerai avoir un autre bébé mais j'ai tellement peur que ça recommence ma gygy m'a dit un bébé et la mort ou pas de bébé et la vie. J'espère un traitement plus efficace pour m'aider. La médecine à tellement évolué mais non ... je pense ne pas avoir la chance d'être maman a nouveau et ça me rend encore plus malheureuse. J'ai loupé les 3 premiers mois de ma fille. Mon couplé c'est déchiré... ma vie est devenu tellement dure .... ������ désolé je me lâche un peu mais je n'en ai jamais parlé jusqu'à présent et je pense que ça pourrait me faire du bien ☺ je vous remercie pour vos témoignage.

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour moi j'ai fait une embolie en juin 6 moi de xarelto et pas de contonsion.en février je suis tenber enceinte avec le xarelto enfin de treitment je suis dans les 5semain de grossesse il mon dis d'avorter y'a plusieurs avis je ne c pas quoi faire stpc y'a qu'elle qu'un qui peut m'aide

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si il y a un traitement : c'est le Lovenox. Ce sont des piqures à se faire dans le gras de la hanche ou de la cuisse et c'est un anticoagulant qui empêche de faire un TVP. Pour moi ça a marché deux fois. Bon courage !

      Supprimer
  9. Bonjour à toutes,

    Suite à une opération du genou, j'ai fait une embolie bilatérale massive en aout 2105. j'ai failli y rester, une semaine de soins intensifs, 5 jours en pneumo, tous les tests possibles et inimaginables... Xarelto pdt 6 mois et bas de contension.
    aujourd'hui tout va bien mais le desire de grossesse se fait de plus en plus ressentir et je me pose mille et une questions concernant les risques d'embolie lors de cette grossesse.
    Votre blog me rassure un peu, mais j'ai toujours une crainte d’y rester et que le bébé soit en danger.
    Pouvez- vous me conseiller??

    Amicalement.
    stef

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      Merci pour votre témoignage. Vos craintes sont tout à fait légitimes. Toutefois le traitement qui consiste à s'injecter une piqure par jour de Lovenox (il existe plusieurs dosages) dès le début de la grossesse + 6 semaines après la grossesse est très efficace et pas nocif pour le bébé.
      Et bien sûr, vous porterez des bas de contention assez vite, mais ça, vous deviez déjà vous en douter !
      Bon courage!

      Supprimer
  10. Bonjour,
    En 2016, je suis tombée enceinte et au 5e mois, j'ai dû rester alitée à cause de fortes contractions et porter des bas de contention. Au mois d'août, j'ai fait une embolie pulmonaire bilatérale et je suis restée hospitalisée plus de 2 mois. Depuis, je suis sous anticoagulants par injection (Innohep 10000) jusqu'au mois de mars. Je refais une scan et un bilan sanguin en avril prochain. Mon mari et moi aimerions un autre enfant plus tard mais la possibilité de refaire une embolie nous terrifie et je ne sais pas si nous aurons la force de revivre une grossesse aussi difficile. Ne serait-ce pas jouer avec le feu ? Lire vos témoignages nous fait du bien, on se sent moins seuls. Merci à vous.

    RépondreSupprimer