Je suis une maman de 3 gnomes nés en mars 2009 (1 gars : Choupi), juillet 2010 (1 fille : Poupette) et juin 2012 (1 gars : Titange).
J'ai créé ce blog afin de faire partager mon expérience de maman-poule serial shoppeuse.

Vous y trouverez beaucoup de tests de produits, des concours, des débats et des sujets d'actualité, des idées de sorties, et bien sûr du blabla, car avec le Mâle et mes 3 petits gnomes, j'en ai des choses à raconter !

N'hésitez pas à laisser un petit - voire un grand- commentaire pour me raconter votre ressenti, pour me parler de votre quotidien, partager vos expériences : faites comme chez vous !

mardi 3 mars 2015

Je me sens incomplète...

J'ai à la fois hâte et peur d'être en septembre, car mon petit Titange entrera à la maternelle, ce qui signifie que je serai seule la journée. Je l'ai déjà dit, l'idée d'avoir un quatrième enfant me titille fortement, mais par moments je me dis que ce ne serait pas raisonnable, car nos trois gnomes nous prennent déjà pas mal de temps, et le Mâle n'arrête pas de dire qu'il a hâte que Titange grandisse pour qu'il arrête les bêtises.

C'est vrai que trois enfants en parfaite santé c'est déjà bien, et c'est du boulot pour s'en occuper car ils sont encore jeunes (2 ans 1/2, 4 ans 1/2 et presque 6 ans). Mais les grands deviennent de plus en plus autonomes : ils commencent à s'habiller seuls, à aider et à ranger leurs affaires etc.

Je me sens incomplète car pour moi, j'ai encore de la place dans mon cœur pour aimer un quatrième enfant. Je me sens le courage de l'élever, de le chérir.

Envie de pouponner...

Le Mâle est moins désireux d'agrandir la famille, et ça aussi je dois le prendre en compte. Car tout recommencer à zéro avec un quatrième bébé, c'est du boulot, c'est de la fatigue, ce sont des grosses contraintes.

En plus, mes grossesses ne sont pas simples car à cause de ma béance du col, je dois rester alitée à partir de 22 semaines d’aménorrhée en gros. Je pense qu'avec les trois enfants qui seront à l'école, je pourrai les gérer jusqu'à temps que mon col se modifie notoirement. Mais j'ai un peu peur aussi car j'aimerais éviter de revivre un accouchement prématuré. C'est tellement dur de rentrer chez soi quand son bébé est hospitalisé...

Je pense qu'il va falloir qu'on en discute sérieusement avec le Mâle, qu'on pèse le pour et le contre. On a encore le temps d'y réfléchir. Mais au fond de moi je sais que je serai malheureuse de m'arrêter à trois enfants. Je les aime, ils me rendent heureuse, mais je rêve d'un petit dernier...

1 commentaire:

  1. Laissez votre cœur parler pour vous, je suis sûre que tu l'auras, ton number 4 <3

    RépondreSupprimer