Sans eux…

Je pourrais partir à la dernière minute à l’autre bout du monde avec le Mâle,
Je pourrais m’effondrer dans mon lit à toute heure du jour ou de la nuit,
Je pourrais aller au cinéma ou au théâtre quand ça me chante,
J’aurais un coupé cabriolet bleu électrique au lieu d’un grand Espace gris,
Il n’y aurait pas 3 sièges auto dans la voiture,
Il n’y aurait pas 3 poussettes dans le garage,
Le coffre ne serait pas rempli de courses jusqu’au plafond après chaque Drive,
Mon frigo ne contiendrait pas 5 packs de 18 yaourts,
Mes iris ne seraient pas régulièrement déracinés par mes deux grands,
Je n’aurais pas à lancer le lave-linge 6 fois par semaine,
Je ne retrouverais pas des jus de fruits à moitié bus renversés sur la table de salon,
Je ne posséderais pas l’intégrale de Dora, Diego, Mickey et les Petits Einstein,
Je ne ferais pas chauffer ma CB dans les magasins de jouets et de fringues pour enfants,
Mon lave-vaisselle ne serait pas rempli de biberons et de couverts colorés,
Il n’y aurait pas de bâtons de sucettes ni des pinces à linge dans une cachette secrète, 
Je ne mettrais pas 3/4 d’heure pour nous préparer avant de pouvoir sortir quelque part,
Mon sac à main ne contiendrait ni tototes, ni lingettes, ni compotes,
Je ne marcherais pas sur des Playmobil qui s’incrusteraient dans ma voute plantaire,
Je n’aurais pas à répéter vingt fois de mettre des chaussures avant de sortir dehors,
Je ne m’énerverais pas en voyant des tonnes de mouchoirs et de cotons démaquillants imbibés d’eau nettoyante jetés dans le jardin,
La salle de bain ne serait pas régulièrement inondée suite à une pêche aux canards animée,
Il n’y aurait pas de toboggan ni de bac à sable dans le jardin…

Oui, mais sans eux…

Les bancs des squares seraient vides ou presque,
Il n’y aurait plus de cris d’enfants, plus d’éclats de rire,
La maison elle-même deviendrait silencieuse,
Il n’y aurait plus ces jolies petites grenouillères qui sèchent au soleil,
Il n’y aurait plus cette petite fille qui se jette dans mes bras pour me faire un câlin,
Il n’y aurait plus ce grand garçon qui me raconte avec emphase ses projets de construction en Lego et en Kapla,
Il n’y aurait plus ce bébé qui me sourit dès qu’il me voit arriver,
Je ne pourrais plus faire rire les enfants en imitant le tigre ou en leur chatouillant les pieds,
Je n’aurais plus mon appareil-photo vissé à la main pour ne pas perdre une miette de leurs exploits,
Je n’aurais plus le plaisir de voir ma princesse s’assoupir sur le canapé en ronflottant doucement,
Je n’aurais plus mon assistant préféré pour m’aider à arroser les plantes et préparer des crêpes,
Je n’aurais plus mon petit ange qui gazouille de plaisir et dont les joues bien rondes sont à croquer,
On ne chanterait plus « Pirouette, Cacahuète » ni « Coccinelle,  Demoiselle » dans la voiture pendant qu’on roule sur l’autoroute,
On ne ferait plus de dessins tous ensemble,
On ne jouerait plus au ballon, tous les cinq dans le jardin,
Au réveil, je n’entendrais plus ce « bonjour Maman, tu as bien dormi ? » qui me fait tant plaisir.

Je ne serais plus une Maman, et mon coeur deviendrait tellement grand,
Qu’au lieu de contenir plein d’amour, du chagrin s’installerait peu à peu.
Pour combler un vide.
Pour combler un manque.
Pour combler un besoin.
Celui d’aimer, sans limite.

Et vous, que feriez-vous, sans eux ?

12 commentaires

  1. Trop Mimi et se vrais mon cœur et ma raison de vivre et celle d une maman et quel bonheur je ne pourrai vivre sans eux j ai une chance de les avoir et ne voudrai les échanger pour rien au monde a elle le cabriolet sans enfant a moi les jouer qui traîne mes le bonheur intense bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *