10 bonnes raisons de craquer sur le chemin des vacances avec ses gnomes

1) La canicule, ce sera. Oui, tant qu’à faire, autant prévoir
un bon 30 degrés à l’ombre le jour où tu devras prendre la route. Cela
te permettra de pré-bronzer à moindres frais et de terminer le
brumisateur que tu avais acheté pour la naissance de gnome 3. Tout le
monde se met en slibard dans la voiture, tu mets la clim’ à fond et tu
peux être certaine que vous serez tous bons pour une laryngite à
l’arrivée. (Variantes possibles : il pleut à torrents et tu n’y vois plus rien ou bien une pluie de météorites s’abat sur vous et vous mourez dans d’atroces souffrances).

2) Le doudou de gnome 1, sur une aire d’autoroute, tu oublieras. Tu
as une excuse, tu étais trop prise à essayer de lire la carte routière
car le GPS embarqué te semblait plutôt débarqué en t’incitant
désespérément à emprunter le périph’ sud un vendredi à 17h30. Manque de
pot, tu n’as pour seule carte routière qu’une carte de la France
entière, ce qui signifie que tu vois seulement un amas de traits de
toutes les couleurs qui partent de la capitale. Tu n’y comprends rien de
rien car après tout c’est le Mâle qui est censé avoir conservé son
instinct de chasseur et le sens de l’orientation.

3) La glacière de 20kg tu emporteras. Et oui, avec 3 gnomes il faut environ une douzaine de yaourts et une dizaine de jus de fruits et de bouteilles d’eau pour les sustenter le temps du trajet. En bonne maman prévoyante, tu auras pensé à prendre tes jolis blocs de froid pour offrir des boissons fraîches à tes gnomes. Si seulement tu avais pensé à ne pas enterrer la glacière sous tes 5 valises, cela aurait été parfait. Remarque, tu donnes l’occasion au Mâle de s’éclater en réorganisant tout le coffre, le veinard.

Tu avais pourtant dit au Mâle que tu avais besoin de place pour caser les valoches…

4) Les DVD tu oublieras. Il y a un truc génial dans notre grand
Espace, ce sont les petits écrans incorporés derrière nos sièges auto
qui permettent aux enfants de voir des dessins animés pendant les longs
trajets. Ils ont chacun leur casque, c’est tranquille pour nous. Manque
de pot, tu oublies tous les DVD et tu es donc contrainte de chanter faux
et à tue-tête Bateau sur l’eau et Coccinelle, demoiselle. Bon, c’est moins pire que l’oubli du doudou mais quand même. Faich’ !

5) Un gnome vomisseur tu auras : peu importe que tu fasses
l’ascension du Mont Ventoux en voiture (burp) ou que tu arpentes une
autoroute a priori inoffensive, ton gnome vomira, de préférence en jet,
histoire de bien imbiber son siège auto et ses fringues. Vu l’odeur
pestilentielle dégagée par gnome 2, gnome 1 et gnome 3 ne tarderont pas à
l’imiter, de préférence 30 secondes après que tu aies emprunté la
bretelle d’accès à l’autoroute…

6) Dans la boutique de l’aire d’autoroute, tu dépenseras. Pour
nettoyer tes vomisseurs de gnomes, tu décides d’aller dans une grande
aire d’autoroute. Ensuite, petit tour à la boutique. Malheureuse,
qu’as-tu fait ? Alors qu’il est déjà 15 heures et que tu n’as roulé que
100km sur les 580km que tu dois faire, tes gnomes te réclament des
nuggets, des frites, la revue Dora, un bracelet rose, des ballons, un
chapeau et du chocolat.

7) Une odeur d’urine, tu sentiras. Gnome 2, qui est propre depuis peu, hurle d’un coup : « Papa, je sens le pipi qui arrive ! »
Gloups. Tu viens de passer une aire d’autoroute et tu sais déjà que la
prochaine sera à 20 bornes de là grâce au joli panneau informatif.
Putain, 20 bornes.

8) Le ticket de péage, tu paumeras. Non, cela n’arrive pas que dans les films. Oui, c’est vrai, le Mâle t’avait demandé de le ranger en lieu sûr. Il devait être tellement sûr que tu ne le trouves plus. Tu commences à te demander si tu ne l’aurais pas fait tomber de ta poche lorsque tu es allée aux toilettes. Tu cherches frénétiquement dans ton sac à main et dans toute la voiture. Le Mâle soupire, et tu finis par tendre ta CB à la nénette du péage… Evidemment, quelques minutes plus tard, tu te souviens que tu l’avais mis dans ton étui à lunettes, le ticket.

Et bien sûr, tu choisiras la file la plus lente…

9) En panne d’essence, tu tomberas. Il y a un truc bizarre dans nos ADN, une sorte de gène maléfique qui ne s’attaque qu’aux hommes en les forçant à faire le plein uniquement lorsqu’il reste moins d’un litre de diesel dans le réservoir. Les hommes ont des montées d’adrénaline à la limite de la jouissance lorsque le voyant orange est allumé. Ils veulent sans cesse repousser les limites de leur voiture chérie et te disent : « t’inquiète pas mon amourée, on a largement de quoi faire pour tenir jusqu’à l’arrivée, et là-bas y’a une super station-service pas chère en plus« . Toi, tu trembles sur ton siège (si tu t’écoutais, tu referais le plein dès que tu as moins d’une moitié de réservoir) et lorsque l’inévitable se produit, tu balances ton : « tu vois, j’te l’avais dit » sur un ton sarcastique (sans doute hérité des gènes lui aussi).

10) Ton self-control tu perdras. Après avoir essuyé 3 vomis, un pipi, beaucoup de transpi, une panne d’essence et 2 heures de bouchons (les connards d’automobilistes que tu côtoies toute l’année, tu les retrouves sur la route des vacances), tu espères pouvoir enfin te reposer et profiter de ta villégiature. Mais avant ça, il faut décharger tout le coffre, ranger vite fait les affaires, puis partir aux courses avant que le petit centre commercial du coin ne ferme. Tu regardes gnome 3. Gnome 3 te regarde, en souriant. Il a un début de varicelle. Vivent les vacances.

PS : je t’invite par ailleurs à consulter le dossier départ en vacances et longs trajets de Papa Blogueur !

10 commentaires

    1. Nous on a trouvé la parade, tant que les gnomes ne sont pas scolarisés ou sont à la maternelle, on part hors-saison. Déjà qu'une heure de bouchons ça me met les nerfs à vif, je n'imagine pas brûler au soleil pendant 12h pour aller sur la Côte d'Azur un samedi après-midi en juillet/août…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *