Le bon moment ?

Il y a deux façons de voir les choses lorsqu’on envisage de fonder une famille : soit on planifie, soit on laisse faire Dame Nature. Parfois, on n’a pas le choix (problème de fertilité etc.), et la seule chose qui compte, c’est de tomber enceinte, et ce à n’importe quel moment de l’année.

Mais lorsqu’on a la chance de pouvoir « s’organiser », quelle est la meilleure période pour accoucher ? Pour moi, c’est au printemps -ma saison préférée-, car on ne souffre pas trop de la chaleur pendant le dernier trimestre (surtout si on doit rester alitée, ça compte) et on va vers les beaux jours, ce qui permet de se promener dehors sans avoir à fourrer le bébé dans 3 couches de vêtements en laine polaire. Puis on se dit que bébé sera déjà plus costaud lorsque arriveront les premiers frimas hivernaux (et oui, Primi redoute plus que tout la terrible bronchiolite).

Gnome d’hiver, gnome bien couvert

Il y en a beaucoup qui planifient pour faire en sorte que la naissance tombe pendant les vacances d’été, car d’une part ça dérange moins le boss pour le congé maternité (on ne peut pas s’empêcher d’y penser), et d’autre part, ça permet au gnome de rentrer en maternelle pile à 3 ans. D’ailleurs, il paraît qu’il y a un pic des naissances en août-septembre (à moins que ce ne soit dû à l’excès d’alcool pendant les fêtes de fin d’année…).

Il y a aussi les mamans qui veulent que leur bébé naisse à telle période pour qu’il soit d’un signe astrologique particulier ou au contraire qu’il ne soit surtout pas du même signe que ce connard de voisin/cousin/ex mari et j’en passe.

Puis il y a d’autres parents, qui pourraient planifier mais qui s’en cognent. Ils laissent faire les choses, naturellement. Ca viendra quand ça viendra, point.

Pour notre premier gnome, ce fut planifié puisque la conception a tout bêtement eu lieu pendant notre voyage de noces, à Punta Cana (je ne me suis donc pas privée des open-bars de l’hôtel-club pour rien). C’était romantique à souhait, et personne n’a vraiment été surpris que je tombe enceinte après le mariage.

Souriez, souriez, vous avez la pression maintenant

Par contre, miss Poupinette nous a fait une jolie surprise. Passé le choc du test positif (mon coeur est monté à 150 quand j’ai lu « enceinte »), nous étions ravis : wahou, c’est dingue, c’est génial, et bah dis-donc, un oubli et paf, droit au but, ce sont des spermatozoïdes de compétition que tu as ! (oui, le Mâle n’était pas peu fier : il a même songé à faire un don à une banque du sperme). Nous étions heureux car de toute façon, nous voulions avoir plusieurs gnomes, et le fait qu’ils soient plus rapprochés que prévu ne nous gênait pas. Au fond, quoi de plus beau que de porter et donner la Vie ?

Finalement, je crois que l’émotion était plus forte pour Poupinette que pour Choupi, du fait du caractère inattendu de la chose justement.

Et pour toi, ça s’est passé comment ? Raconte !

4 commentaires

  1. Alors nous on a rien calculé…J'ai arrêté la pillule sur un coup de tête et je suis tombé enceinte 5 mois plus tard! tu as de la chance ça marche bien chez vous lol

  2. Oh moi aussi j'ai fait mon voyage de noce à punta cana. On aurait adoré que je tombé enceinte là-bas ! (15 jours 67 coïts^^)
    2 ans d'attente pour mon premier et surprise non planifiée pour ma deuz' ils sont quand même nés les mois que je préfère : septembre pour N°1 et mai pour n°2^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *