Secoue ton biberon, pas ton enfant

Tu en as souvent rêvé lorsque tu es devenue jeune maman : avoir le pouvoir de faire taire instantanément ton bébé qui braille non stop depuis une bonne heure....

Tu en as souvent rêvé lorsque tu es devenue jeune maman : avoir le pouvoir de faire taire instantanément ton bébé qui braille non stop depuis une bonne heure.  

Après avoir vérifié que micro-gnome a toutes les conditions réunies pour être le plus heureux des bébés (bien mangé, bien bu, popotin nickel, pas de fièvre ni de poussée dentaire, pas de coliques, pas d’incendie dans sa chambre…), tu risques de commencer à perdre ton calme.

Et c’est là que ça devient dangereux car une maman qui n’arrive pas à rassurer et consoler sa progéniture se sent souvent terriblement mal. Mal au point de commettre l’irréparable…

Ne JAMAIS secouer un bébé !

Sans aller jusque-là, tu as pu échafauder des stratégies horribles pour ne plus entendre ton braillard (dignes des meilleures mères indignes) : lui plaquer un gros morceau de sparadrap sur sa bouche, coller des plaques insonorisantes dans sa chambre, te faire cloner pour avoir une remplaçante au pied-levé en cas de pétage de plomb, demander une ablation de tes tympans ou de ses cordes vocales, lui filer un somnifère…

Euh, ça non plus ce n’est pas une bonne idée

Mais ce n’est pas possible. Tu es une bonne maman je te le rappelle. Alors tu vas voir ton micro-gnome, tu lui parles tout doucement, tu lui expliques gentiment qu’il faut s’arrêter de pleurer maintenant, que tout va bien, que tu as pris bonne note de sa frustration et que maintenant toi aussi tu te sens frustrée, donc au final ça n’avance personne (n’hésite pas à délivrer des leçons de philosophie à ton bébé, ça peut permettre de te convaincre toi-même). Bref, essaie de le tranquilliser avec des paroles douces et apaisantes.

Tu lui fais un petit câlin, tu lui dis que tu le détestes l’aimes, tu remets en route son mobile musical, tu lui plantes éventuellement une totote dans la bouche, puis tu tournes le dos, pleine d’espoir, prête à regagner le salon ou ta chambre. Et là paf, ça recommence.

En réalité, le bébé s’en cogne de ce que tu lui as raconté. Le pleur est son seul langage et il sait en abuser le bougre. En te faisant devenir chèvre par la même occasion. La preuve, une étude a démontré que les pleurs d’un bébé sont le bruit le plus agaçant et le plus déconcentrant qui existe (le bruit d’une perceuse et d’un marteau-piqueur avec un crissement de craie sur un tableau en fond sonore, ce n’est rien à côté).

Donc n’oublie jamais que pendant que ton petit gnome d’amour hurle et sanglote, tu vas perdre 30 points de QI et 90% de ta patience.

Pense à toujours remplir à bloc ton congélo pour ne pas être tentée

Mes conseils :

1) si tu te sens vraiment à bout, pose calmement ton bébé dans son lit, ferme la porte de sa chambre, assis-toi sur le canapé par exemple et respire profondément pendant quelques minutes afin de te calmer et de ne pas commettre l’irréparable, à savoir secouer ton bébé ;

2) si tu te sens déprimée, épuisée, jamais à la hauteur pour t’occuper de ton bébé, tu souffres peut-être d’une dépression post-partum ou d’un burn out (1 maman sur 10 serait concernée). Il serait bon d’en parler au plus vite à ton médecin traitant car ton enfant ressent ton mal-être et peut devenir plus difficile à gérer pour attirer ton attention ;

3) ménage-toi des moments de détente rien que pour toi (et/ou avec le Mâle huhuhu). Des moments de plaisir, sans avoir le stress de surveiller tes gnomes. N’hésite pas à recourir de temps en temps à des membres de ta famille, des amis, des voisins, une baby-sitter… Le repos et surtout le silence, ça n’a pas de prix ;

4) enfin, ne sois pas trop exigeante avec toi-même. La mère parfaite, toujours zen et souriante 24h/24, ça n’existe pas. Il y aura toujours des hauts et des bas ! Alors ne culpabilise pas, tu es une bonne maman (mais pas une Wonder Maman, ça, c’est une utopie).

Le syndrome du bébé secoué :
C’est une pathologie qui survient lorsqu’un nourrisson est secoué violemment (par un parent, une baby-sitter, une nounou…) lors de mouvements réalisés « pour jouer » ou, plus fréquemment (dans 90% des cas), dans un moment de colère, de stress intense et d’épuisement. Chaque année en France, 700 enfants sont concernés.

Philippe Geluck a fait un superbe travail pour cette campagne

 
Il faut savoir qu’un bébé secoué avec force peut souffrir des conséquences de ce geste toute sa vie. En effet, les secousses peuvent :
– endommager son cerveau (retard mental léger, épilepsie…),
– entraîner des invalidités permanentes (cécité, retard mental majeur, paralysie…),
– et même provoquer la mort dans 10% des cas…

Retiens bien ça : seul moins d’un enfant sur quatre s’en sortirait sans aucune séquelle. Les enfants de moins d’un an sont évidemment les plus vulnérables, mais les gnomes plus âgés peuvent aussi souffrir de graves séquelles.  

Alors reste calme, aie les bons réflexes en cas de « pétage de plombs » et sois vigilante sur le choix des personnes à qui tu confieras tes bambins !

NB : même si tu es très très énervée, ne plonge jamais ton bébé dans l’océan (ne serait-ce que quelques secondes). Eurêka et Lucky Sophie, dont le défi du jour a pour thème : « Océan », ne me contrediront pas (enfin je l’espère !).

Categories
Ma prose
8 Commentaires
  • Anaïsl57
    7 juillet 2011 at 13 h 51 min
    Répondre

    C'est vrai que parfois c'est pas facile! Ma fille fait ses dents et certain soir elle pleure pendant des heures…

  • LMO
    7 juillet 2011 at 18 h 16 min
    Répondre

    Il est excellent ton article! Avec qq pointes d'humour malgré le sujet délicat.
    Bravo!! 🙂

  • LEBOABLEU
    7 juillet 2011 at 19 h 19 min
    Répondre

    un bébé pleure rarement pour rien. Et si tu crois que c'est le cas, eh bien prends-le dans tes bras. Tu verras c'est magique. 🙂

  • thierrys76
    8 juillet 2011 at 3 h 42 min
    Répondre

    ah oui, comme le dit si bien malorie, un bébé ne pleure jamais pour rien, la patience, l'amour etc.; tout doit lui être donné, logique, et j'ai du mal a saisir que des parents puissent secouer leurs bébé comme des vulgaires paquets… enfin.. allez bonne fin de semaine à toi

  • La Mère Cane
    8 juillet 2011 at 10 h 01 min
    Répondre

    justement ils ne se rendent souvent pas compte qu'ils secouent l'enfant…la fatigue le stress et la solitude viennent à bout des mères les plus aimantes. La seule solution comme le dit mme Top: Accepter les pleurs de son enfant et prendre du recul. Excellent article. Et bravo pour ta une d'aujourd'hui!!!

  • AdminTPBB
    8 juillet 2011 at 10 h 19 min
    Répondre

    Merci LMO et La Mère Cane pour vos compliments ! Et oui il faut accepter de prendre du recul lorsqu'on ne se sent pas le courage d'affronter des crises de pleurs…

    Courage Anaïs, en principe ce sont les 4 premières dents qui sont les plus dures à passer et ensuite le gnome semble moins souffrir…

    Leboableu, bien sûr qu'il ne faut pas laisser son bébé hurler sans rien faire, mais le problème c'est que certains bébés piquent des crises de pleurs avec des cris stridents et un parent qui rentre du boulot, qui est claqué, qui prend le bébé 5 minutes dans ses bras et qui voit que ça ne s'arrête pas, ben il peut avoir un geste malheureux, un moment de folie, et c'est pour cela que je conseille d'aller se calmer loin du bébé si on ne se sent pas bien, pas suffisamment patient. Ca m'est déjà arrivé de devoir faire ça, on peut avoir des journées difficiles avec 2 bébés déchaînés, et les câlins ne suffisent malheureusement pas toujours.

    @ Thierry : il y a des bébés qui par exemple pleurent pendant presque une heure chaque soir à la tombée de la nuit pour évacuer leur stress. Il y a des bébés + pleureurs que d'autres, tout comme il y a des parents plus ou moins patients. Personne n'imagine secouer son enfant, mais ça arrive quand même (700 enfants chaque année en France)donc c'est important de faire de la prévention 🙂

  • Kiara
    8 juillet 2011 at 10 h 31 min
    Répondre

    Bel article, bravo! Je n'ai pas d'enfant, mais quand j'ai gardé mon neveu et que je garde ma nièce, je ne sais pas pourquoi ils pleurent alors que j'ai tout fait! Donc je les laisse pleurer, c'est dur mais je ne vois pas quoi faire d'autre. J'attends. Je me sens tellement impuissante! Et je n'ose pas appeler leur maman qui pour une fois a pris du temps pour elle… Et étonnamment, au bout d'un moment (très très long parfois), ils se calment.
    J'ai lu dans la presse que ce sont plus les hommes qui secouent leurs enfants, peut-être sont-ils moins patients ou préfèreraient-ils avoir une belle perceuse qui fait du bruit…

  • Anonyme
    8 juillet 2011 at 16 h 37 min
    Répondre

    hmmm pas sure que ca soit les hommes en majorité…n'ayant pas d'enfants mais en ayant gardé pas mal, il est vrai qu'il y a des "brailleurs" et d'autres qui demandent juste un calin!

    avec la nièce de mon compagnon, sa maman n'étant vraiment, mais vraiùment pas patiente, et la petite étant très intelligente sur ce point (ou coquine comme on veut!) je suis arrivée une fois pour empecher l'inéluctable, j'ai entendu hurler la mère plus fort que la fille, heureusement que nous étions autour quand je suis arrivée lui repndre la petite elle commencait déjà à la secouer comme une vulgaire poupée…ca m'a choquée venant d'une maman, mais comme quoi cela reste possible

    très vel article, je trouve que l'on parle trop peu de ce phénomène autrement important

  • Répondre

    *

    *

    RELATED BY

    • Bonne année 2016 !

      Il n’est jamais trop tard pour bien faire alors je vous souhaite à toutes et à tous une excellente année 2016 ainsi qu’une bonne santé. La santé, c’est primordial...
    • Quel est le plus beau jour de votre vie ?

      Voilà une question qui revient souvent dans les conversations. Pour beaucoup, c’est le mariage ou la naissance du premier enfant. Pas moi. J’étais une mariée stressée, qui avait peur...
    • Quand l’espoir fait vivre

      Hier soir, j’ai eu mon frère au téléphone, j’ai tout de suite senti qu’il n’allait pas bien, et en effet, l’idée de rompre avec sa femme, celle qu’il aime...
    • Les histoires d’amour à l’école

      Ma Poupette a 5 ans et est en grande section de maternelle. Tous les soirs, je la questionne sur sa journée à l’école et elle me raconte tout plein...